• Accueil
  • > Archives pour septembre 2012

Livre 1 : LA DERIVE adrénaline & sentiments – tome 2

Posté par plgphilippeloiseaughezzo le 15 septembre 2012

Livre 1 : LA DERIVE  adrénaline & sentiments - tome 2 dans philippe loiseau-ghezzo Image-tome2-LA-DERIVE-1024x769

Philippe prépare sa retraite en toute tranquillité après quelques investissements dans la pierre et plusieurs week end de rêve avec sa chère et tendre, c’est le temps des cadeaux. Il a quitté son travail salarié et le Perf’ a disparu officiellement lors de son affrontement dans le RER, officieusement il quitte la Râpée et a décliné l’offre de promotion de Benz et DD.

 

La tentative d’assassinat l’a largement excédé d’autant que sa douce BB était menacée, et de nouvelles têtes apparaissent dans son paysage : Miklos le rescapé prisonnier et Ismaël, une recrue formée et tenue au secret par DD. Malgré la liberté qui lui tend les bras, il accède toutefois à la demande de son mentor pour analyser certains fichiers internes, à la recherche d’une taupe annoncée par Miklos lors de son interrogatoire et maintenant confirmée par DD.

 

L’inimaginable se produit avec le décès de son père de cœur et les révélations de BB, le même jour, qui avoue être son parrain.

Et en plus il a un ange-gardien sur le dos depuis toujours ?!

Mais qui cherche à détruire la Râpée en tuant ses membres et qui est la taupe qui participe à ce complot ?

Quel est ce parfum de vengeance empli d’adrénaline, est-ce que tout finira enfin un jour, une bonne fois pour toutes ?

 

A paraître au 1er semestre 2014 – Accepté par le Comité de Lecture et le Directeur Editorial des Editions Velours le 7 juin 2013 ; BAT 2ème correction le 6 juin 2014.

Copyright 00050212-2 – Les Editions Velours sont en liquidation judiciaire depuis octobre 2014, je n’ai eu aucun retour quant à savoir si le tome 2 a été imprimé ni s’il y a un stock  »récupérable » quelque part … à suivre … à ce jour le 17-02-2015 : aucune impression n’a été lancée, dans l’article « commandes » vous saurez comment vous procurer le tome 2 et LE YETI, qui seront disponibles en auto-édition, à partir du 1er juin 2015. ISBN 978-2-955-2002-0-9 en auto-édition, dépôt légal 20150521-30431 2ème trimestre 2015. 

Publié dans Non classé, philippe loiseau-ghezzo, plg, roman policier, Roman policier thriller, Thriller | Pas de Commentaire »

=> extrait – tome 2 / chapitre 1

Posté par plgphilippeloiseaughezzo le 10 septembre 2012

 

    

   

JOUR J + 27

Mardi 4 mai 2010

   

 

Humm, de liquide je redeviens solide, je tente de m’étirer, façon moyen-âge limite écartèlement, je craque de partout.

Une faible lueur au pied du lit dessine un léger halot au plafond, je tâtonne un peu avant de poser ma main sur l’iPhone, pfffff, 9h07.

Trois appels manqués en numéros masqués, faites chier putain, pas moyen d’avoir la paix, ils rappelleront, z’avaient qu’à laisser un message, bouffons !

Je le repose au sol et me retourne aussi lentement que possible vers mon BB endormi …

Sa respiration lente me berce mais je n’arrive pas à garder les yeux fermés malgré la noirceur de la chambre.

Je me pelotonne contre elle et sous les draps, j’ai un peu froid, cette nuit a été courte et pleine d’émotions, notre longue et lente marche m’a un peu cassé les pattes.

Pauvre Mat’, lui qui déjà n’était pas au top dans ses godasses, je ne sais pas quel avenir l’attend !

Wait and see.

Je m’efforce de me détendre mais le sommeil est bien fini, je reste immobile au chaud, en ressassant mes souvenirs d’avec DD, cette fois sans larme.

Je me surprends à sourire par moment, comment n’ai-je rien senti venir ?

Sans doute trop loin et occupé à mon bonheur, et puis je reste surpris connaissant le bonhomme que tout s’achève ainsi.

Une bien triste fin pour une carrière aussi exemplaire !

Comme quoi nul n’est intouchable finalement …

C’est naze.

Complètement …

Je profite de mon passage aux toilettes pour laisser entrouverte la porte de la salle de bains, un peu de jour entre dans la chambre, je vois mon p’tit cœur et son visage
n’est pas aussi calme et détendu qu’hier …

Après tout ce qui vient de se passer, tout ce que nous nous sommes appris, sa longue attente nocturne et son inquiétude, normal que mon BB soit soucieux !

Et peut-être pas de moi mais plutôt des jours à venir …

Ouais, moi aussi ça me turlupine.

Va falloir que je remette le pied à l’étrier pour tirer tout ça au clair, je ne peux laisser DD s’en aller sans venger sa mort, c’est trop indigeste et difficile !

Mon sang bouillonne déjà de cette envie de mettre la main sur les cloportes qui ont osé faire ça.

J’espère seulement ne pas rester sur le banc de touche mais bien au contraire participer à cette vendetta.

Humm, tout va dépendre de Benz, et peut-être aussi de ses supérieurs, mais bon, pas la peine de faire de plans sur la comète, il vaut mieux dans l’immédiat que je sois aux côtés de mon ange et de toutes façons nous affronterons toute cette histoire ensemble !

S’il doit y avoir un point final, autant que nous soyons tous les deux, en plus BB saura me raisonner et m’aider de la meilleure façon possible.

Quelles que soient les circonstances, cette fois notre union fera notre force face à tous les autres, amis et ennemis.

Tu penses trop mon cœur et tu dois être fatigué, serres moi fort mon Boubou, je t’aime moi, plus que toi !

Nous nous enlaçons telles deux lianes, je lui embrasse tendrement le front et caresse lentement son dos, son épaule et son bras.

Non c’est moi plus que toi, tu es trop petite d’abord, na !

Nous restons de longues minutes blottis l’un contre l’autre, silencieux, amoureux par-dessus tout.

Nous nous levons souriants et confiants face à cette journée qui va commencer.

Un coup de barbouille sous l’eau chaude, séchoir et brosses, et nous voilà revêtus de joggings noirs tous les deux.

Euh Fifi, c’est pas parce qu’il n’y a pas de meubles qu’il faut que tu laisses trainer tes jouets au milieu de la chambre hein ?

Et puis je ne suis pas fan du tout des armes à feu, cache les au moins, s’il te plaît !

Humm, ok ma belle, c’est vrai que ça fait désordre de passer du jour au lendemain du tout caché au tout visible.

Je regroupe tout dans le bomber sauf le Glock qui va remplacer sous le matelas celui dont le holster va garnir ma ceinture, pas d’autre moyen habillé comme ça !

Bon, bientôt 10h00 …

Je pense que pas mal de choses vont se bousculer à la Râpée, je vais demander à BB de jouer aux éclaireurs si je n’ai pas de nouvelles en direct.

Ça me fait bizarre de penser que plus jamais DD ne se manifestera sur mon mobile, ni nulle part …

J’ai un sale goût en bouche, et ça ne vient ni du tabac ni de l’alcool de cette nuit !

Une fois les volets roulants remontés, nous découvrons la grisaille qui a envahit Paris …

Manquait plus que ça !

BB va falloir qu’on se serre les coudes tu sais, je ne vais pas pouvoir rester sans rien faire, DD était quelqu’un d’important pour moi.

Il m’a réappris à vivre et à avoir confiance en moi, à croire en certaines valeurs et à rester moi-même au mieux !

J’ai un trou béant en dedans, je sens la rage qui monte et c’est pas bon du tout !

Je sais mon p’tit cœur, mais pour une fois sois patient !

Benz sait très bien qu’elles étaient vos relations, et je ne vois pas qui mieux que toi pourrait débrouiller tout ce fatras.

Et en plus je croie savoir que tu disposes d’un dossier spécial qu’il a du te confier pour parer à ce genre d’éventualités, il faut que tu y jettes un œil je pense ?

Ah, ben heureusement que tu es là, je l’avais zappé total, j’ai vraiment une tête à trous moi, bref, ok, on se boit un jus et je descends voir ça.

Tandis que mon iPhone reste muet nous petit-déjeunons en douceur, sans vraiment se parler, juste en se regardant, je rends mon BB tristoune de ma mine fatiguée et mélancolique …

Je lui souris autant que je peux … mais tout ce que nous avons vécu ce week end est gommé par les souvenirs de DD qui me hantent, c’est chiant de réagir comme ça, mais … BB me connait bien !

Elle sait que je suis lent à la digestion et qu’en cas de coups durs, faut que je trouve la solution pour faciliter le transit, tenace et rancunier ne sont pas forcément chez moi des qualités, mais ça aide à se booster le chou.

Oui, allo, bonjour Monsieur, on fait aller, merci, je vous la passe, tiens BB, c’est Benz.

Bonjour … bof, et vous ?

Ah … tous les deux, oui, nous y serons, au revoir.

L’Oncle est toujours aussi clair et concis.

Euh, mon cœur, nous avons rendez-vous demain avec lui à son bureau à 9h00 tapantes, il nous conseille de nous reposer car ce sera une longue journée !

Humm, c’est tout ce qu’il t’a dit ?

Bon, donc aujourd’hui nada, repos.

Je sens que ça vibre dans ma poche, je subodore un p’tit mot de Benz, je verrai ça en bas tout à l’heure.

Dans l’immédiat, profitons de ce mardi tout gris, je ramène du frigo des restes salés et bien sûr quelles babioles sucrées, on dérive gentiment vers un déjeuner plus frugal que prévu.

Presque midi et nous avons nos panses bien pleines, je me tape un mal de crâne malvenu, BB me prépare un Aspégic au sucre que je ne refuse pas, on se sourit comme des bienheureux !

C’est vrai qu’au fond rien que d’être ensemble c’est déjà tellement énorme !

Même si quelque part je n’ose pas lui demander si elle compte arrêter la Râpée, cette question en suspens m’agace un brin, mais tout petit pour l’instant, peut-être qu’elle me réserve une surprise à ce propos …

Chaque chose en son temps et tout ira bien, à suivre.

Bon mon BB, je vais descendre quelques temps, tu fais quoi toi ?

Je ne sais pas encore, le temps dehors ne m’inspire vraiment pas grand’chose, je vais peut-être surfer sur internet voir si je trouve quelques idées pour meubler et décorer ici …

Et puis je vais refaire le tour des pièces et noter les envies qui me viennent, oui, ça me plaît bien, donc je serai dans la maison si t’as besoin de moi.

Elle vient m’embrasser longuement en me serrant fort contre elle, son câlin m’apaise l’esprit …

Je suis sous perfusion d’amour et je me sens invincible, nickel, encore la petite étincelle qu’il fallait au bon moment !

Merci mon cœur, moi aussi je t’aime.

Je la laisse filer avec une tape gentille sur une fesse, elle s’arrête net et fait volte face juste pour me tirer la langue avec un air gamine à souhait, je ris cette fois, biz
biz.

Je verse la cafetière dans une thermos avec du vrai sucre et du chocolat en poudre, j’embarque une grande tasse et un cendrier, paré.

Je vérifie une dernière fois mes poches pour ma quantité de fumigènes, j’ai de quoi tenir un bon paquet d’heures, ok, direction le bureau.

Trois minutes après je suis près du coffre, enfermé dans mon réduit souterrain.

J’suis anxieux et pressé à la fois de mettre la main sur l’épaisse enveloppe en kraft blanc marquée de mes initiales.

Je respire un grand coup après l’avoir déposée sur la table murale …

Je me sers une tasse de nectar noir et m’offre un Vasco dont je tire deux lattes bien longues.

Le café fume …

Moi aussi.

Je déroule le petit fil d’acier de son support, jette un œil précautionneux et sors le contenu.

Un peu de tout, j’ai bien fait de prendre mon PC !

Des CD sous pochettes, des photos, quelques doubles pages top confidentiel et secret défense …

Un dossier plus épais sur les activités de DD, mais aussi de Loop, de Benz et de … Gilda, ma Gilda, humm …

Et, la boucle est bouclée, une pochette sur des missions que j’ai faites …

Et quelques papiers auxquels je ne comprends rien et les dossiers de cinq suspects sur lesquels DD avait apparemment des doutes !?

Une carte visa noire, une carte blanche sans rien dessus, un tableau avec la liste de nos planques …

Et quelques autres avec celles de quelques uns de nos confrères et alliés, avec bien des surprises d’ailleurs !

Une petite enveloppe avec un Philippe manuscrit …

Dedans une bafouille de DD qui dit qu’en cas de disparition ou d’enlèvement de sa personne, voici quelques contacts très secrets qui peuvent aider !

Ouaip.

Au lieu de signer il a juste écrit un code long et complexe, on verra bien où tout cela nous mène.

Après les branchements d’usage et les procédures routinières de codes le PC est enfin en état de fonctionner, je vais d’abord explorer les CD.

Je bois une grande goulée de café et termine mon puant en lisant son propre dossier …

J’en ai la chair de poule, y’a plein de choses que je soupçonnais et plein d’autres que j’apprends !

Pour le meilleur et pour le pire …

Humm, faudra que je le parcoure à nouveau une fois dépassé le stade de la découverte, si les autres sont comme celui-ci ça promet !

C’est fou comme dix ans ça passe vite, au final ça ne prend pas tant de place une fois réduit en numérique.

J’explore tous les CD …

Je relis par moments certains des documents papiers, tout ce bazar se met en place et se relie.

Des cinq dossiers mis à l’écart, j’en écarte trois grâce à mes notes et je retombe sur mes pattes avec Hyaena et Cyrus, toujours les deux mêmes taupes !

Ça devait pas être simple pour DD de faire circuler les infos en se méfiant de ces mis à l’écart …

M’enfin, chacun ses boulets !

Il y a des tas de pages entières sur les hauts gradés que je compulse par acquis de conscience mais ça ne change en rien mes opinions.

Au moins le noyau dur est blanc comme neige, et puis bonjour leurs pédigrées !

Y’en a plus d’un qui doit envier leurs CV, chacun dans leur genre et leur domaine ce sont les meilleurs, y’a pas photo !

Je ne me sens pas très à l’aise d’accéder à tout ça.

Et puis mes yeux ont parcourus certains détails que j’aurai préféré ne pas connaître !

Mais bon, après tout, cas de force majeure !

Et puis DD a jugé bon de me filer tout ce paquet alors faut que j’arrête de trop penser, me cantonner à faire un simple travail d’analyse et de synthèse, point barre.

Je reprends mon errance visuelle tantôt sur l’écran tantôt dans mon cendrier où les mégots s’accumulent.

Déjà 15h24, je ne trouve rien de particulier.

Plus qu’un CD, ah merde, il faut un mot de passe et pour une fois mes souvenirs me rappellent celui de sa bafouille signée d’un code incroyablement incompréhensible, humm.

Je vérifie à deux fois ma saisie, je valide et c’est ok, la fenêtre s’ouvre sur un seul dossier nommé S.O.S.

Une fois cliqué et ouvert je me retrouve face à un organigramme où des vidéos sont accessibles sous chaque nom du schéma compliqué.

Il est criblé de différentes liaisons, tantôt en pointillés ou pleines tantôt en noir ou en couleurs, avec des numéros de mobiles, des codes, des emplacements de clefs …

Waouh, toute une foultitude de détails en tous genres soulignés par des raccourcis que je peux emprunter d’un simple clic !

Je ne connais quasiment personne, sauf peut-être un ou deux, seulement de réputation.

Je sais et je devine que je me retrouve face à un groupe encore plus sombre et secret que la Râpée elle-même, et sans doute à un niveau beaucoup plus élevé !

Certains personnages n’ont pas de nom, ni photo ni vidéo, et seulement un téléphone ou un code !

Là je me sens tout petit et pour me protéger j’ai grand intérêt à laisser et ce CD et mon ordi dans le coffre !

Je n’ai pas besoin de me créer de nouveaux soucis, d’autant qu’officiellement je n’existe plus dans leur monde …

Bon, je ne prends pas la peine d’explorer plus avant ce dernier dossier, Benz a suffisamment de ressources je pense pour lancer la chasse.

Je lui donnerai demain mes résultats quant aux taupes.

Dans l’immédiat, il est 17h16 et j’ai bien assez délaissé mon p’tit cœur !

Je range tout dans l’enveloppe d’origine sans rien conserver.

Retour illico dans son tiroir, le PC par-dessus, verrouillage, point final.

Demain il fera jour.

Booh !

Tu veux un café ?

À chaque fois que je l’appelle comme ça je repense à Monstre & Cie …

Trop top.

Ok, il sera prêt dans deux minutes, t’es où ?

Me revoiloù mon ange, elle est immense cette maison, j’ai carte blanche pour les meubles ?

Ben oui hein, sinon je ne l’aurai pas prise.

Non, je n’ai rien trouvé d’intéressant en bas, et puis je vais arrêter de me prendre la tête !

T’as pas eu de nouvelles de ton côté ?

Non, bon ben justement à chaque jour suffit sa peine, qu’est ce qui te ferait plaisir BB pour finir cette journée trop rapide ?

Ok, allons flâner au hasard dans Paris, on se trouvera bien une bonne petite table quelque part …

T’as raison, ça ne peut que nous faire du bien !

J’irai prévenir Ismaël après le café, heureusement que tu es là mon cœur, tous ces dossiers m’ont filé le bourdon.

Nous dégustons nos cafés en échangeant sur ses idées d’intérieurs, ça me plaît bien, sauf pour une couleur par ci ou par là, mais on trouve toujours un accord sans trop se prendre le chou, tout va bien, tout schuss.

Je file à l’écurie et Ismaël vient à ma rencontre, une cloppe au bec tout en regardant autour de nous.

Vous allez bien tous les deux ?

Ben à vrai dire on est bien forcé de faire aller …

La terre continue de tourner et nous avec, ce sont toujours ceux qui restent qui souffrent …

Y’a juste qu’au bout d’un moment ça devient vraiment lourd et pénible, m’enfin !

Well, on va se promener sur les quais … oui je sais, merci Ismaël, mais là il le faut même si ce n’est pas conseillé, et puis tu ne seras pas loin alors je ne m’inquiète pas.

Merci, à tout.

Ah au fait, tu as besoin de quelque chose dans ta cahutte ?

Bon, ok, n’hésite pas à demander quand même !

Presque 18h quand nous sortons, il fait toujours gris mais sans pluie et sans vent.

Finalement nous prenons le boulevard direction Odéon, comme de simples touristes, en plus il y a quelques boutiques de meubles, on verra bien.

On marche sans se presser, main dans la main.

Le sourire de BB ensoleille mes pensées et me réjouit le cœur, je m’apaise un peu plus à chacun de nos pas.

Je t’aime Booh.

On en a vu des sympas mais je n’ai pas la tête à me farcir des vendeurs, BB ne m’en veut pas !

Ce sera un simple repérage aujourd’hui …

On passera aux choses sérieuses après demain, pour l’instant on se détend …

Il fait bon à marcher.

On bifurque pour rejoindre la rue Saint André des Arts où il n’y a pas trop de monde jusqu’à la fontaine de la Place Saint Michel …

Arrivés là, nous croisons une multitude d’étudiants.

Nous filons vers la Seine pour prendre le trottoir côté Ile de la Cité, puis le point zéro face à Notre Dame.

Nous continuons pour passer le Pont Saint Louis et attaquons la rue du même nom.

Ah ben oui, c’est une bonne idée !

On va aller chez Hassan dans son resto Pom’ cannelle, tartes salées et sucrées à gogo, bons petits plats cuisinés ou glaces de chez Berthillon !

On va y trouver notre bonheur à coup sûr !

Dire que ça fait bientôt vingt ans que je le connais, toujours aussi gentil et la qualité est présente deux fois plutôt qu’une !

Malgré les années qui passent, du top cool !

Petite halte gustative parfaite, ambiance paisible, tout est bien.

Nous décollons après deux bons cafés chacun, à 21h43.

Le temps est vite passé, Ismaël s’est régalé lui aussi, c’est son pouce qui me l’a dit.

On passe la Seine pour se retrouver dans la rue de Rivoli que l’on suit toujours aussi tranquilles, direction Châtelet …

Puis les arcades face au Louvre …

On se pose quelques minutes à côté de la Pyramide avant de traverser le Pont des Arts.

On rejoint la rue Jacob puis de l’Université jusqu’à la rue de Bourgogne que l’on remonte jusqu’à la rue de Varenne.

Un petit coup à droite, puis à gauche et nous voilà boulevard des Invalides, encore quelques mètres à notre gauche et retour à la casa.

Mine de crayon il est déjà 23h37 !

On a fait une sacrée ballade digestive.

On se sent fatigué, mais dans le bon sens, plus notre corps que notre esprit.

Nous attendons Ismaël quelques secondes pour entrer tous ensemble, et lui souhaitons bonne nuit.

Décollage demain matin à 8h00, ok ?

Ok, bonne nuit à vous.

Je me fume un dernier Vasco sur le perron avec un bon café tout chaud …

BB m’accompagne avec une tisane.

Je suis contente de notre promenade mon cœur !

Elle était un peu longue sur la fin mais faut dire que ça fait longtemps aussi, mais c’était bien cool !

Hassan est toujours le même, aussi souriant et de bonne humeur quels que soient les saisons et le temps qu’il fait, il est génial, et puis je me suis régalée, comme
d’hab’ !

Je sourie moi aussi.

Cette petite accalmie était bienvenue, je ne pense qu’à l’instant présent et à mon doux BB.

Nous terminons nos tasses et j’écrase mon puant juste fumé à moitié.

Portes fermées, cuisine rangée, nous montons vers notre havre de paix.

Pipis, dents, douches et cou’couche panier.

Nous nous réchauffons doucement sous la couette légère.

J’ai la flemme de me relever pour baisser les stores …

Nous nous embrassons tendrement, sa tête sur mon épaule, ma main sur sa hanche …

On débranche.

Ron’pish en cœur.

 

Copyright © 00050212-1 LA DÉRIVE  adrénaline & sentiments PLG 16/03/2012

Publié dans Non classé, philippe loiseau-ghezzo, plg, roman policier, Roman policier thriller, Thriller | Pas de Commentaire »

Livre 2 : D 2R

Posté par plgphilippeloiseaughezzo le 1 septembre 2012

Livre 2  :  D 2R dans philippe loiseau-ghezzo Image-pour-D2R-1024x802

 

B aime Héléna, non, ça ne veut rien dire, impossible.

B M L N A ?

Aucun code ne fonctionne, ni sur les jours et dates, ni sur les heures, ni sur les initiales de chacune de ces villes !

18 mai 2017, 13h24, Blagnac. 25 mai 2017, 15h47, Montpellier.

1er juin 2017, 11h18, Lille. 8 juin 2017, 12h54, Nantes.

15 juin 2017, 14h31, Avignon, aujourd’hui.

Les deux flics de quartier seront les premiers à arriver sur place. Il fait lourd dans la ville fortifiée, les perles de sueur inondent leurs têtes et leurs cous, ça coule le long de la colonne et ça se termine …

L’inspecteur Frédéric Bocil et son adjoint Luc Carliacq osent espérer qu’il ne s’agit que d’un canular, pourtant le peu de ce qui a été décrit au téléphone par la femme de ménage semble sans équivoque, c’est encore lui, ce sera la cinquième fois.

Sale journée qui s’annonce là !

Leurs pas résonnent dans certaines des petites rues qu’ils empruntent, ils ne croisent pas grand’monde, faut dire que c’est plutôt résidentiel dans ce coin là.

Ils essayent de marcher à l’ombre pour éviter le soleil trop brûlant mais sans aucun pet d’air leur marathon se transforme en calvaire. Depuis quelques minutes ils n’échangent plus aucun mot, leurs regards croisés suffisent à faire monter leur stress, ils sont tout proche.

Ils commencent à sentir l’humidité du Rhône, la rue du Petit Amouyer n’est plus qu’à quelques centaines de mètres, un coup à droite, puis un gauche-droite et ils y seront, les voitures sur le boulevard du Rempart Saint-Lazare se font entendre au-dessus des habitations.

Ah, après le dernier coude ils aperçoivent la jeune femme, dans cette atmosphère surchauffée elle est blanche comme un linge. On ne sait plus si c’est le mur qui la retient ou l’inverse, bien qu’au bord des crampes nos deux compères se mettent à courir.

Désespérément.

De toutes façons il est déjà trop tard, mais ils ne peuvent la laisser comme ça, elle fait peur à voir.

 

Copyright 00050212-3 – ISBN 978-2-35167-443-7

BAT couverture + texte validés le 21-09-2012.

Paru le 11-02-2013, disponible comme précédemment sur Chapitre.com et Amazon.fr, référencé à la Fnac, et disponible également chez Gallix distribution (les pages de ces sites sont en cours et ne présentent pas tous l’image du livre et/ou son résumé ; merci d’avance de vos retours sur la bonne tenue des délais de livraison et de l’état des exemplaires reçus, bien cordialement, PLG)

 

D 2R                  |                   Ninie                |                     mercredi 27 mars 2013 

Ce livre est différent de LA DERIVE – tome 1, on est vraiment dans un roman policier avec des meurtres et les recherches d’indices, mais en même temps, on retrouve ce côté humain avec l’amitié et la complicité. Il y a des petits moments de franche rigolade mais aussi de petites larmes … J’ai un avis positif sur ce livre que j’ai dévoré en peu de temps, merci pour ce moment de détente. A quand la suite …

Les Editions Velours sont en liquidation judiciaire depuis octobre 2014, je n’ai eu aucun retour quant à savoir s’il y a un stock  »récupérable » quelque part … à suivre …

Au 17 février 2015 ne restent que 24 exemplaires à récupérer ; par l’article « commandes » vous pourrez vous procurer les derniers exemplaires de D2R édités par Velours ; quant au tome 2 de LA DERIVE et LE YETI : ils seront disponibles à partir du 1er juin 2015, par le biais du même article « commandes ». A très bientôt et n’hésitez pas à me contacter sur le mail : p.loiseau.ghezzo@hotmail.fr

 

 

Publié dans Non classé, philippe loiseau-ghezzo, plg, roman policier, Roman policier thriller, Thriller | Pas de Commentaire »

 

pierredupuy25 |
kalexmity |
amourfille |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lecturesetc
| diopblog
| kokolecture